décembre 29

Tout savoir sur les oracles dans l’écosystème crypto/blockchain

Aujourd’hui nous allons voir comment il est possible de mettre en place un jeton qui simule les performances de la bourse américaine, sur Ethereum et de manière décentralisée. Comment un smart-contract qui reste sur la blockchain peut interagir avec le monde réel ? Grâce aux fameux oracles, qui permettent de sécuriser le pont entre les deux mondes, de manière décentralisée.

Ça vous semble trop abstrait ou complexe à comprendre ? Pas de panique, on découvre ça ensemble, les possibilités que les oracles apportent à l’écosystème, mais également les nombreux risques et attaques qui surviennent.

Décentralisations, données et blockchains

Une blockchain est un ensemble de données qui évolue de manière publique. Tout changement est public et l’historique de toutes les transactions l’est également. Ainsi, vous pouvez créer des événements en fonction d’interactions, d’autres faits sur des smart-contracts que vous ne contrôlez pas. C’est assez intéressant, cela permet de mettre en place des robots automatiques de trading, de liquidation ou d’arbitrage dans le cadre de la finance décentralisée. La véracité des évènements en question est théoriquement fiable, puisque c’est validé par la preuve de travail ou d’enjeux, et il existe un consensus des acteurs de la blockchain sur toutes les transactions effectuées sur cette dernière.

Mais si vous développez ces mêmes robots d’automatisation en fonction d’un prix sur Coingecko, cette information n’est vérifiée par personne et validée que par vous-même. Il n’y existe aucune notion de confiance entre vous/votre donnée et le reste des acteurs de l’écosystème. Pourtant, l’apport de donnée venant de l’extérieur sur différentes blockchains est crucial, cela démultiplie les possibilités de l’écosystème crypto.

Le fonctionnement d’un oracle

oracle blockchain

Chaque oracle fonctionne différemment dans la technique, mais le principe général est commun. Un oracle ne produit pas les données, il permet la connexion entre ces données et les smart-contracts. Ils ne sont pas liés à une blockchain précise non plus. Par exemple Chainlink est évidemment disponible pour les smart-contracts Ethereum, mais également ceux déployés sur Polkadot, Tezos ou Avalanche.

Le flux de donnée est généralement sécurisé par des algorithmes de consensus autour de la véracité des données. Chaque oracle est motivé à rester honnête et à produire des données de qualité par un système de récompenses et de pénalités. Chaque oracle possède un historique public et il peut sortir du réseau, avec des pénalités s’il n’est pas suffisamment performant.

Les oracles, point majeur dans la sécurité des protocoles DeFi

Créer un protocole DeFi et le déployer sur Ethereum, c’est rendre des services financiers plus accessibles, plus ouverts. Mais c’est également le mettre à la merci de nombreux développeurs qui chercheront à exploiter toute faille disponible pour obtenir des bénéfices, des fonds d’autres utilisateurs. Ces derniers mois, il y’a eu de nombreuses attaques dans l’écosystème DeFi, parfois très impressionnantes. Le dénominateur le plus commun est l’exploitation des sources de données du protocole.

Pour les protocoles, mettre en place la vérification et la validation continue des flux de données externes est assez couteux. Malheureusement, les données peuvent être manipulées et ce que ce soit sur la blockchain ou en dehors. Si vous utilisez le prix d’Uniswap ou Kyber pour vos opérations avec des Dai, il peut être manipulé avec des volumes importants. Des opérations similaires peuvent être effectuées sur Coinbase Oracle, qui est utilisé par certains protocoles.

Il n’existe pas vraiment de solutions miracles pour sécuriser un flux de données, l’objectif étant de rendre la manipulation trop couteuse pour être réalisée.

Les principaux Oracles de l’écosystème

Aujourd’hui, les oracles sont plus que jamais utilisés dans l’écosystème pour sécuriser les flux de données utilisés par les protocoles de la finance décentralisée (mais pas que !). Je  vous présente trois projets d’oracles majeurs, l’objectif n’étant pas d’être exhaustif ou de vous conseiller des investissements.

Il existe de nombreux autres systèmes d’oracles que ceux présentés ci-dessous, principalement des flux de prix. Notamment certaines plateformes d’échanges centralisés ou décentralisés comme l’oracle de MakerDAO par exemple.

Chainlink

Chainlink oracle

Chainlink n’est plus vraiment à présenter dans l’écosystème. Garant de la sécurité de nombreux protocoles, leur jeton $Link est aujourd’hui dans le top 10 en termes de capitalisation, pour le plus grand bonheur de ses fervents, les « Link marines ».  Chainlink propose de nombreux services aux développeurs, allant de la sécurisation de flux de données relatives au prix de certaines crypto à la génération de nombres aléatoires vérifiables. Chainlink permet également à un smart-contract d’interagir avec une API externe, tout en étant sécurisé par le réseau d’oracle décentralisé de Chainlink.

Chainlink est un réseau autonome et ouvert. Vous pouvez faire partit du réseau Chainlink en mettant en place votre propre nœud. Il suffit d’une machine ayant minimum 10GB de stockage et 2GB de RAM, ce qui est assez léger pour un nœud. Néanmoins, si vous souhaitez utiliser Chainlink pour vos smart-contracts Ethereum par exemple et être totalement autonome, il vous faudra également un nœud Ethereum.

UMA

UMA oracle

UMA est un oracle spécialisé dans la création de jetons synthétiques, reproduisant la valeur d’un autre actif, en dehors de la blockchain. Cela permet par exemple de sécuriser le prix d’un stablecoin euro, ou reproduisant le prix du SP500, de l’or ou du pétrole. UMA est uniquement disponible sur Ethereum pour le moment et se spécialise sur deux cas d’utilisation différents :

  • Des jetons dont le prix est déterminé en dehors du réseau Ethereum.
  • Un réseau d’Oracle pour apporter les données nécessaires aux smart-contracts pour fonctionner.

Ce sont les détenteurs d’UMA qui valident par le vote les nouvelles sources de données proposées par le protocole. Ils sont récompensés en fonction des coûts et des profits potentiels en cas de corruption des données fournie.  

Augur

Augur oracle

Augur est une plateforme permettant de réaliser des prédictions sur des événements se réalisant dans le monde réel. Il est possible de parier sur les possibilités, ainsi que de certifier les résultats par le biais du staking de REP, le jeton du projet. Augur peut ainsi être utilisé comme oracle, nous retrouvons le système de récompenses et de pénalité utilisé par les autres systèmes d’oracles. Si la plateforme permet principalement de révolutionner le monde du pari, elle peut également être utilisée en tant qu’oracle.

Voilà pour cette présentation des oracles dans le cadre de l’écosystème des cryptomonnaies et de la blockchain. C’est assez intéressant de se renseigner sur les oracles utilisés par vos protocoles favoris et déterminer s’ils sont dignes de confiance ou non. Si vous avez des questions ou des suggestions à propos de cet article, n’hésitez pas à nos contactés sur les réseaux sociaux.

A propos de l'auteur

GuillaumeCHT

Fondateur d'Onchaireport, c'est un véritable plaisir de démocratiser à ma façon les cryptomonnaies.


Continuez votre lecture

Rejoignez la communauté des crypto-entousiastes

>